Eolien industriel, démarches, promesses, réalités !

 

 

Quels sont leurs propositions ?

 

  • 1* Retombées sur la taxe professionnelle (réalisant un apport de 20 000 € à partager entre commune, communauté de commune)
  • 2* Produire en ZDE un maximum de 75 W en prétendant répondre aux propositions du gouvernement en matière d'énergies renouvelables.
  • 3* Le propriétaire du terrain où sont placées les éoliennes percevra un loyer d'un montant minimum de 2000 € par an et par éolienne.
  • 4* L'implantation des éoliennes en ZDE est totalement évaluée au préalable par des sociétés privées auxquelles ils font appel, pour réaliser des rapports sur les risques environemetnaux, recenser les epèces présentes etc...

 

Et, en réalité ?

  1.  Ces retombées ne sont pas assurées et si elles se concrétisent, elles s'avérent être minimes.
  2.  Et oui, cela signifie, 75 / 2 W = soit environ 35 éoliennes pouvant finalement être installées en Zone de Développement Eolien (ZDE).
  3. Cette proposition alléchante, ce complément de retraite soit disant bon pour la planéte, ne fait pas part de la responsabilité engagée par les propriétaires des terrains lorsque ces éoliennes viennent à être déclarée "installations d'utilité publique".
  4. Ces sociétés sont en effet appellées et financées par les promoteurs éoliens eux mêmes. Ainsi, pouvons nous, nous fier à leurs rapports ?

 

La démarche de l'éolien industriel ?

 

  • Une entreprise allemande, danoise, espagnole (etc...) fait la démarche de vouloir implanter des éoliennes dans une zone déclarée zone de Développement Éolien (ZDE)
  • Le promoteur éolien commence par voir le maire
  • Celui-ci, en général honnête et bienveillant, fait visiter sa commune et indique au passage quelques propriétaires.
  •  Le maire n’est ni pour, ni contre, il ne referme pas la porte... On lui fait bien sûr miroiter des taxes professionnelles et toute sorte d’avantages mirobolants pour sa commune.
  • Alors il accepte la proposition du promoteur de venir exposer le projet au conseil municipal.
  • Après deux heures de conférences, les conseillers municipaux, pris de court, sont invités à délibérer en vue d’une « simple étude ». Ni pour, ni contre, ouvert à toute perspective, le conseil municipal, pensant que cela n’engage à rien, délibère en vue du projet sur la commune.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site